Return to site

80% des développeurs seront au chômage dans 10 ans

· French,Opinions

Mise à jour 07/09/2017 : suite aux très nombreux commentaires que j'ai eu sur cet article, je souhaite apporter quelques précisions :

 

1/ L'idée n'était pas d'annoncer une vérité fondamentale mais plutôt de faire réfléchir aux évolutions du métier de développeur

2/ Loin de moi l'idée de décourager des jeunes à commencer des études d'informatique alors qu'il y en a tant besoin à court terme

3/ Je reste par contre convaincu que le métier de développeur va fortement évoluer dans les 10 prochaines années, et beaucoup plus vite qu'on ne le croit. Je pressent notamment que le développeur d'applis web/mobiles simples et le développeur intégrateur de logiciels métiers vont disparaitre au profit de développeurs de logiciels sur étagère (augmentation du nombre d'éditeurs) et de développeurs chefs d'orchestres (dont le nombre sera dans tous les cas moins important que prévu)

4/ L'IA n'est pas encore au niveau, notamment dans la génération automatique de code, mais il ne faut pas sous-estimer la vitesse de progression que beaucoup considèrent comme exponentielle. Je pense qu'on aura très bientôt des assistants intelligents pour faciliter et accélérer le développement de logiciels

Je vais me risquer à une prédiction un peu osée. Elle est tellement osée, compte tenu des réalités du marché actuel, que j'ose à peine la formuler. Mais le débat mérite tout de même d'être posé : d'ici 10 ans, 80% des développeurs informatique seront au chômage.

Effectivement, la tension actuelle sur le recrutement des développeurs indique plutôt une tendance inverse, cristallisée dans les médias par des titres comme : "Développeur, le métier le plus courtisé de France" ou encore "Les développeurs, rois du marché de l’emploi en France".

Le besoin de développeurs est même tel en ce moment que de nouvelles écoles de code, souvent gratuites, ouvrent quasiment tous les mois et qu'on parle même de l'apprentissage du code à l'école. Alors qu'est-ce qui me pousse a dire que les développeurs si demandés aujourd'hui ne serviront quasiment plus à rien dans 10 ans ?

Le chiffre sur lequel je base ma prédiction est celui-ci : seuls 21,6% des développeurs travaillent chez un éditeur de logiciels selon la dernière étude Stackoverflow. Dit autrement, la très grande majorité des développeurs ont pour tâches principales aujourd'hui de développer des logiciels spécifiques ou d'intégrer des logiciels tiers. Cela ne va pas durer pour trois raisons principales.

1/ Plus d'applications, plus simples à utiliser

La baisse drastique des coûts de développement, d'hébergement et de mise sur le marché d'applications dans le cloud (SaaS) a entraîné au cours des 5 dernières années une multiplication de ces applications et une baisse importante de leur coût. Par exemple, une simple recherche de CRM sur Product Hunt renvoie des dizaines de résultats, avec de nouveaux produits quasiment toutes les semaines. Il est ainsi de plus en plus facile, pour n'importe quel professionnel de n'importe quelle industrie, de trouver une application à 30€ par mois qui réponde exactement à son besoin sans avoir à en développer une spécifiquement pour lui.

2/ La normalisation de l'UX design

Il semble de plus en plus lointain le temps où on se battait avec nos logiciels pour réaliser la moindre opération. Avec la démocratisation du design d'expérience (UX design), les créateurs d'applications intègrent maintenant dès la conception du produit la volonté de rendre l'utilisation de celui-ci le plus simple possible. Les nouvelles applications ne sont donc pas justes agréables à l'œil, elles sont surtout beaucoup plus simples à utiliser.

3/ Les workflows deviennent des jeux d'enfants

Cette troisième et dernière raison est, selon moi, la plus convaincante pour expliquer la disparition future des programmeurs. En effet, la mise à disposition systématique d'APIs par toutes les nouvelles applications cloud a récemment permis l'apparition d'applications comme Zapier ou IFTTT qui permettent de créer des workflows d'actions entre plusieurs applications de manière simple, voire même ludique. Ainsi, la mise en place d'un workflow spécifique qui nécessitait avant des mois d'analyse, de customisation et de mise en place, peut être faite aujourd'hui en quelques clics (pour peu qu'on ait les bonnes applications). Auf Wiedersehen SAP!

Et après

Si la tendance actuelle se confirme, et je pense qu'elle va même s'accentuer, plus d'applications, plus simples à utiliser et à combiner entre elles vont rapidement rendre obsolètes les développeurs d'applications métiers et les intégrateurs. Et je ne parle même pas de la génération automatique de code basée sur des spécifications fonctionnelles (comme le propose par exemple la start-up Faveod) qui n'en est qu'à ses débuts. Alors quel futur pour les développeurs ? Il y aura tout d'abord une migration logique vers l'édition de logiciel. En effet, qui dit plus d'applications sur étagère dit plus de développeurs pour les créer et les maintenir et la proportion de développeurs travaillant chez des éditeurs (ou créant leur start-up) va augmenter.

Il y aura surtout, selon moi, un changement important dans les activités du développeur. J'imagine un développeur, mi programmeur, mi designer, qui passerait plus de temps à concevoir l'application, les interactions entre les différents modules et le chemin utilisateur qu'à effectivement coder les instructions. Et vous, qu'en pensez-vous ?

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly