Return to site

Du marché de l'emploi au marché des compétences

· Opinions,French

Alors que les débats font rage ici et là sur les bonnes politiques à mettre en place pour relancer le marché de l'emploi, le concept de "marché de l'emploi" a-t-il encore un sens dans la nouvelle société technologique ?

Vous vous en êtes probablement rendus compte, les concepts de "métier" et de "carrière" sont dernièrement devenus de plus en plus flous. Alors que nos grands-parents faisaient le même métier dans la même entreprise et que nos parents faisaient le même métier dans plusieurs entreprises, les nouvelles générations sont confrontées à un nouveau phénomène : faire des métiers différents dans des entreprises différentes, le plus souvent en même temps. Cette situation est principalement la conséquence, selon moi, de deux phénomènes.

Tout d'abord, l'accélération technologique et ses impacts sur les outils, méthodes et modèles, rend les métiers obsolètes de plus en plus rapidement. Selon une prévision du World Economic Forum, 65% des enfants qui rentrent aujourd'hui en maternelle auront des métiers qui n'ont pas encore été inventés. Et cette obsolescence n'impacte pas uniquement les futures générations. Si la disparition des métiers a beaucoup concerné les professions manuelles, automatisées ou délocalisées, elle va de plus en plus toucher les professions intellectuelles, à commencer par ceux ayant le plus de chance d'être automatisés (analyse de données, intermédiaires, tiers de confiance, etc.).

Le deuxième phénomène est l'augmentation de la porosité entre les métiers. En effet, alors que les tâches liées à l'accomplissement d'un métier ont toujours été plus ou moins stables, l'accélération technologique a complètement chamboulé la donne au cours des 10 dernières années. Il est ainsi de moins en moins rare de croiser des responsables marketing sachant coder (les Growth Hackers), des responsables RH faisant de la data science (les People Analysts) ou des ingénieurs faisant du design (les Product Designers).

Avec donc des métiers de plus en plus changeants, qui mutent ou disparaissent de plus en plus rapidement, y a-t-il encore un sens pour les employeurs à justement recruter et manager des métiers et tout ce qui va avec (diplôme, certification, code ROME, fiche de poste...) ? Je pense sincèrement que non. En allant au-delà du traditionnel triptyque diplôme-métier-expérience, les entreprises peuvent considérablement faciliter et le recrutement de nouveaux collaborateurs et les changements de carrière de leurs collaborateurs actuels. Je m'explique.

Prenons l'exemple de compétences en tension actuellement, celles liées à la programmation d'applications web et mobile. Alors que la demande de développeurs grimpe continuellement et que le nombre de nouveaux diplômés ne suit pas forcément la même tendance, le coût de recrutement d'un développeur a explosé (jusqu'à 12K€) et la probabilité de la réussite du recrutement a chuté. Pourtant, les compétences nécessaires pour développer des applications web et mobile ne demandent pas forcément de background scientifique et le coût d'une reconversion complète ne dépasse pas les 6K€. Il serait ainsi deux fois moins cher de former ses employés actuels ou des personnes n'ayant pas le bon profil sur papier, que de recruter quelqu'un ayant le "bon" diplôme, le "bon" métier et la "bonne" expérience.

Recruter, former et manager les professionnels autour des compétences plutôt que les métiers est selon moi une formidable opportunité de redonner plus d'agilité et plus d'opportunité au marché de l'emploi. Euh, pardon. Au marché des compétences 😉

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly